Aïcha

Je pense à toi Aïcha
A l’embouchure du fleuve
Où tu parlais beaucoup
De nous et la Lobé
Au point de m’agacer
Tu t’égosillais
Un peu plus que la mer
Plus que la plage
Et même plus que le vent
Qui tenait ta chevelure en laisse
Et criait la détresse de ta liesse
J’ai gardé dans la bouche
Le sel de tes aisselles
Et celui de la mer
Où tu montrais ton sexe sans cesse
Et parlais beaucoup
De nous et la Lobé
Comme si le jour était interminable
C’est si triste de ne pouvoir te haïr
Ni oublier
Les navires en partance
Qui emportaient
De tes yeux le parfum
Et ton sexe essentiel et sans ciel et sans seuil
A chaque rivage de ton aine
C’est vraiment triste de ne pouvoir te haïr

Commentaires (3)

1. Emmanuel MAYO (site web) 26/11/2018

Tu vois, mon gars, j'avais raison de te chercher
J'avais raison de vouloir te re-sentir
Comme l'enfant des purées plates
Qui tel jour a gouté au salami
Et qui les yeux mi-clos
Re-mâche en rêvotant
Ces saveurs étranges à peine effleurées

2. Andrea 23/07/2009

Mon cher poete

c’est tout franchement tres beau
j’aime ces mots
qui me laisse à mediter

bisous

3 avril 2009

3. Ben 23/07/2009

Tiens ! je venais de parler de ce poème dans la rubrique l’usure du quotidien !

Ben

12 septembre 2008

Ajouter un commentaire
 
Protected by Copyscape Unique Content Check
       
 
     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site