Toua Ewodo Marie-Claire : La vie comme elle va

Marie Claire Toua Ewodo travaille actuellement au ministère de la santé publique au Cameroun. Elle est réalisatrice, scénariste et accessoiriste diplômée du CFPA de Yaoundé. Son oeuvre poétique est auréolée du prix panafricain Antoine François Assoumou gagné en novembre 1994 avec un poème intitulé être femme. Dans le discours qu’elle a prononcé à cette occasion, elle a dit :

«Depuis que j’ai fait de la poésie une manière d’être femme, une obsession m’habite : celle de soumettre le monde à la douce discipline de l’amour et de la fraternité. Pour l’artiste que je suis et que je voudrais rester toute ma vie, c’est une question de vie ou de mort. Voilà pourquoi, avec tout le piment de mes entrailles, je célèbre la vie dans ma poésie. En effet, j’écris d’abord pour vivre, ensuite pour mériter de vivre et enfin pour susciter la vie partout où elle se meurt.»

Cet extrait résume de façon très significative l’idéologie qui sous-tend l’œuvre poétique de cette femme dont l’action procède comme le dit encore “de l’obstination tenace à croire à un rêve et de l’entêtement fougueux à vouloir absolument partager mes rêves, même les plus rêves”. Marie-Claire Toua Ewodo développe depuis vingt ans son œuvre à côté d’un poète à qui elle est liée par le mariage.
Recueil inédit : La vie comme elle va.


ETRE FEMME

Oh!
Etre femme.
S’ouvrir à l’autre
Avec la générosité de la terre.
Offrir son ventre
A la graine d’où germe la vie,
Et tel un oranger,
Donner à l’univers les fruits de son amour.
Tenir entre les mains
Le destin des peuples dont la pédagogie nous échoit.
A la sève de sa mamelle,
Nourrir le fruit anthropoïde de l’arbre primordial.
Eclairer le premier pas de l’homme dans le monde.
Etre Femme, mère et épouse, quelle ivresse!


LA GRASSE MATINEE

La vie chante ce matin
Un chant de sédition
Le même que mes ancêtres bantous
Chantaient à chaque expédition
Toute la ville fait des ablutions
Moi je voudrais rester au lit
Malgré les draps qui m’expulsent
Je voudrais rester dans mes songes
Dans les bras profonds
Du preux qui reviendra demain
Moi je ne voudrais pas me lever
Je voudrais rester dans mes draps
Et le bras absents
De mon alpiniste qui reviendra

---nextpagearticle---
QUE SAIS-TU

Tu me plains
Mais que sais-tu du destin
Hormis la mort
Que tu imagines lointaine
Que sais-tu des affres
De la nuit prochaine
Que sais-tu des noces
De la terre et de la vie
Moi je suis sonnée
Comme un sonnet
Malheureux de son propre processus
Mais la profondeur du Léthé
Me guérira de l’été
Si torride des rides


UN POEME POUR GUERIR

Je viens d’écrire un poème
Je me sens si légère
J’ai guéri d’un mal atroce
Un mal qui la gorge me serrait
Je viens d’écrire un poème
Je suis légère et guérie
Du mal qui me brûlait les tripes
Et branlait ma main
Je suis épuisée et heureuse
Comme toutes les fois que mon preux
Rentre de la montagne
Je viens d’écrire un poème
Et vais pouvoir dormir
J’ai la culotte mouillée

Haut de page

Commentaires (2)

1. Hilaire 23/08/2009

Hello,

Ce poème est très beau, et biens des années sont passées, le relire me touche encore... d'autant plus que j'étais à l'organisation de la ceremonie de la FAFA (Fondationantoine Francois Assoumou) qui l'a primé.

Hé! par là! Y a t-il quelqu'un pour le mettre en chanson ou le traduire en english?

2. sylvie (site web) 18/08/2009

bonjour un jolie clin d'oeil sur cete phrase
etre femme mère et épouse ,quelle iresse !
la douceur du blog au mariage des mots
amitié sincère sylvie

Ajouter un commentaire
 
Protected by Copyscape Unique Content Check
       
 
     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site