Koko Komégné

   
Joueur de jembe                                         Coquettes
Collection privée - tous droits réservés

 

    
Masque                                              Toilette
Collection privée - tous droits réservés



BIOGRAPHIE SOMMAIRE DE KOKO KOMEGNE

2 octobre 1950 : naissance à Batoufam, petit village à l’ouest Cameroun, au sein d’une famille de planteurs, de Komégné Gaston, fils de Wembo Bôgouok Kouamo Samuel et de Lieche Pauline.

1956 : Le jeune Koko est envoyé à Yaoundé vivre chez son oncle. Il y fréquente l’école jusqu’au CM2. Ambiance musicale, la concession étant entourée de bars qui s’animent dès la nuit tombée de musique congolaise, de merengue, de tchatchatcha…

1956-1964 : Premiers dessins. Le Boxeur, première sculpture (1960-62), qu’il réalise à partir d’un clou déformé à la flamme et au marteau : sa première oeuvre d’art, qui sera longtemps conservée dans la maison familiale de Yaoundé.

1964 : 1er retour au village familial après une absence de 8 ans. Koko a 14 ans, il redécouvre, durant 3 mois de vacances d’été qui l’éloignent de la ville, une autre société, d’autres comportements de vie, un autre système de valeurs…

Koko rentre à Yaoundé pour reprendre l’école, mais décide presque immédiatement de repartir dans son village. Il profite de la présence de sa famille, et notamment de sa grand-mère, qui le gave, dans sa maison au toit de chaume, de nourriture, de conseils et de sagesse… Il étudie à ses côtés la nature, les pouvoirs des plantes, les chants d’oiseaux… Il y reste une année, puis, se sentant incompris, il entreprend de quitter le village.

Juillet 1965 : Koko tente de repartir pour Yaoundé, mais, n’étant pas en possession d’un laisser-passer, il reste bloqué aux portes de la ville. Il se tourne alors dans la direction opposée et décide de marcher vers l’ouest. C’est ainsi qu’il arrive à Douala par “un coup du destin”. Il est accueilli chez un oncle.

Rencontre avec Jean Sabatier, peintre publicitaire et de chevalet à son temps libre, qui marque le début de sa carrière. “Voici devant moi un blanc d’une soixantaine d’années, vêtu d’une chemise Lacoste blanche, d’un short de tennis blanc, de chaussettes blanches, avec une gourmette en or et un pinceau à la main en train de peindre une enseigne. Je me dis “Merde! Tous les peintres que j’ai toujours connu faisait un travail sale, et voilà que l’on peut faire de la peinture de manière propre ! Moi qui n’ai que 16 ans, je prends mon courage et me dirige vers lui, et je lui déclare “Je veux apprendre le travail” Il m’a regardé, et m’a répondu “Je n’ai plus le temps de former quelqu’un” Il s’est alors tu, et a continué de travailler. Nous avons alors communié pendant des heures et des heures de silence. Il n’avait plus rien à dire et je n’avais rien à dire. Et chaque jour que Dieu faisait, je revenais me poster derrière lui, et je l’observais.”

1966 : Koko décide de se lancer. A son oncle qui l’engage à passer le concours de police, il rétorque qu’il a déjà trouvé sa route : il lui emprunte un des murs en caillebotte de sa concession, et ouvre son premier atelier. Pour apprendre à “manier le pinceau”, reproduction des oeuvres des grands peintres (Van Gogh, Picasso, etc.).

Durant des années, Koko utilisera les revenus que lui apporte la publicité pour investir dans ses recherches picturales personnelles. Il débute sa peinture un jour de foire, sur laquelle il se promène avec 45 francs en poche. A l’achat de quelques beignets, il préfèrera celui d’un pot de peinture noire en solde, qu’il rentabilisera 6 mois durant en multipliant les dessins.

Le véritable déclic qui lui fait trouver sa voie en peinture se produit lorsqu’il se prend de reproduire un portrait photographique de son oncle en peinture. Lorsque sa tante voit son travail, elle lui déclare “Votre art, ce n’est pas la reproduction de quelqu’un” “Votre art n’est pas de reproduire les choses comme Dieu les a faites”. “Cette phrase m’a hanté pendant au moins 6 mois. J’ai pris ma reproduction et je l’ai déchirée. J’ai repensé aux mystères, aux danses, aux symboles, à l’imaginaire de mon village, aux discours de ma grand-mère, et j’ai compris. Il ne s’agissait pas de faire de l’art comme les blancs, mais de réaliser quelque chose d’autre, quelque chose qui n’est forcément ressemblant avec quelqu’un, qui n’est pas tellement beau, mais qui invite à la méditation. Ma théorie de la diversion optique était née.”

Durant des années, Koko travaille sur les thèmes de la musique, de la danse, de la prostitution, de la misère, du monde de la nuit et des masques. Il représente l’homme dans sa condition, avec ses interrogations et ses espoirs.

J’ai peint plus d’un millier de masques. C’est en les reproduisant et en les déstructurant que j’ai trouvé ma peinture. J’ai basé mon art sur un fondement solide. La diversion optique est passée par le langage des masques, découvert lors du retour au village et approfondit par des recherches sur les différentes cultures africaines.

Il milite toute sa vie pour la sensibilisation à l’art des artistes, des tenants du pouvoir et du peuple. Il participe à plus de 500 émissions radiophoniques, près de 100 émissions télévisées et plus de 500 interviews dans la presse.
---nextpagearticle---
1968 : lauréat du concours de dessin “Biscuits Belin”.


Le peintre Koko Komégné en 2006


1968-1969 : Koko Komégné occupe un poste de garçon de chambre sur un petit navire qui longe la côte d’Afrique centrale, un petit métier qui ne prend que 10 min par jour le temps de faire les lits et qui lui laisse tout loisir de peindre, sans pour autant se plonger dans les représentations naturalistes. “Je peins plus volontiers avec les yeux fermés qu’avec les yeux ouverts”.

1971 : 1ère participation à une exposition collective, organisée par l’Association Française pour la Formation des Cadres au Collège de La Salle à Douala.

1972-1986 : A côté de la maison familiale s’ouvre un bar, où vient jouer régulièrement un orchestre. Koko intègre différents groupes, en tant que batteur, puis, remarqué pour sa voix, il devient chanteur, pour le groupe “Black Power” notamment. Musique la nuit et peinture le jour l’occupent durant une quinzaine d’années, jusqu’à la décision de se concentrer plus intensément à la peinture. Koko quitte la chaude ambiance de la ville pour se retirer dans un quartier populaire plus calme où il se marie pour la 1ère fois à l’âge de 40 ans.

1972 : Après avoir longtemps signé “Komégné Gaston”, “Koko Décor”, “Gaston Komé”, Koko décide d’adopter un nom d’artiste qui puisse affirmer sa personnalité africaine, être aussi bien camerounais, congolais, sud-africain ou noir américain. Il tire les 2 premières lettres du nom de son père (Kouamo) et son propre nom (Komégné) et devient Koko.

1974 : Koko assure la décoration du film Pousse Pousse, réalisé par Daniel Kamga, 1er long-métrage camerounais.

1976 : 1ère exposition personnelle au Quartier Latin, club-restaurant de Douala où se retrouvent les camerounais fraîchement revenus de Paris

1979 : participation au 1er concours Bastos, société de tabac engagée dans le mécénat qui initie le 1er concours de la jeune peinture camerounaise.Koko fonde le Cercle Maduta (”images” en langue douala), première association d’artistes plasticiens au Cameroun. Elle regroupe André Kanganyam dit Viking, Jean-Guy Atakoua et Samuel Abélé et sera active jusqu’en 1983, date à laquelle Koko décide de former le CAPLIT.

1980 : exposition (I) Menuiserie ETD ; MUCAM Meubles, Douala. Koko a l’idée, devant l’absence de galerie dans la ville, de présenter ses oeuvres dans des magasins de meubles, qui présentent l’avantage d’un important espace et d’une durée d’exposition illimitée.

1981 : 1ère rétrospective (1976-1982) au Centre Culturel Américain de Yaoundé, présentée ensuite au Centre Culturel Français de Yaoundé en 1982. Exposition (I) au café “Le Bosquet”, célèbre cabaret de Douala. Dans ses choix d’espace d’exposition, Koko tente “d’amener l’art vers les gens”.

1982 : Exposition Le Surréalisme, par le Cercle Maduta au Centre Culturel Français de Douala ; In Memorium(C), Maison du Parti, Douala. 10e Anniversaire de la République Unie du Cameroun et 16e Fêtes Nationales de la Jeunesse (C), Salle des Fêtes d’Akwa, Douala.

1983 : Membre fondateur du Cercle des Artistes Plasticiens du Littoral (CAPLIT), élu conseiller artistique. Exposition CAPLIT (C), Centre Culturel Camerounais ; Amitiés sans frontières (C), exposition organisée contre l’Apartheid par le Club Unesco, Lycée Joss, Douala ; Salon BIAO, Goethe Institut, Yaoundé.

1984 : Koko est lauréat de la 7e édition du concours Bastos, avec sa toile Pour le malheur et pour le pire, premier tableau non-réaliste qui remporte le concours ; exposition Transcendance (I), Centre Culturel Français de Douala.

1985 : Semaine de l’Amitié France-Cameroun, Centre Culturel Camerounais, Douala. Décoration du Black et White, boîte de nuit de Limbe, par une fresque en noir et blanc et de l’Hôtel Arcade, Douala, avec des fresques, tableaux et sculptures.


NBA
Collection privée - tous droits réservés


---nextpagearticle---
1986 : exposition (I) 20 ans de peinture organisée par le CCF de Douala à l’Hôtel Méridien. Concours d’affiches du festival Jazz sous les Manguiers, Goethe Institut, Yaoundé. Décoration du mur de scène du Cabaret le Vieux Négre, Douala.

1987 : exposition Plénitude (I) : inauguration de la Galerie de l’Estuaire avec les oeuvres de Koko Komégné. Premier passage télévisé dans une chaîne étrangère. Exposition Regards pluriels (C) à la Galerie de l’Estuaire ; exposition Jazz on the Rock’s (I), au Mountain Hotel de et au Centre Culturel Français, Buéa; Koko est invité à décorer le bar du Mountain Hôtel lors de son passage. Finaliste du concours d’affiches RFI avec exposition en France et dans plusieurs capitales africaines. Décoration du Centre Universitaire de Dschang, commande d’Etat obtenue grâce à l’intermédiaire d’un cabinet d’architecte.

1988 : Exposition à l’occasion des journées portes-ouvertes de l’entreprise Strafor (I), Douala et Yaoundé simultanément ; Festival des Arts et de la Culture, 1ère édition (C). Poussé par sa famille à assurer une descendance, Koko, qui a ne s’est jusqu’alors consacré qu’à l’art, se marie.

1989 : Exposition Lassitude (I), à la La Tête de l’Art, restaurant de Douala offrant aux artistes un espace d’exposition ; Symphonie (I), Centre Culturel Français et Hôtel Arcade, Douala. L’Hôtel Hilton de Yaoundé choisit de décorer ses chambres avec des reproductions (lithographiques) des oeuvres de Koko.

1990 : Mod’Art (C), Maison du Parti, Douala; exposition Quintessence (I), aquarelles et gouaches, au Centre Culturel Français de Douala. Second mariage avec une femme de son village natal, qui lui donnera une fille. Après leur séparation, troisième mariage dont seront issus 4 enfants.

1992 : Le directeur du Centre Climatique de Dschang décore son établissement avec des oeuvres de Koko achetée à Douala. Exposition Spiritual Evolution (I), Centre Culturel Français de Douala. “C’est une démarche intellectuelle qui dure depuis 26 ans. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles je me considère un peu comme un musicien de jazz qui joue du saxo devant les rochers. Qui ne s’arrête pas pour attendre le public” (in Challenge Nouveau n°5, 09/11/1992). Art Venture, atelier de création plastique assistée par ordinateur, Doual’Art. Musiki, un triptyque de 4,50m sur 1,50m en plexiglas est installé Place de Dakar, Douala.

1993 : Exposition Lassitude (I), Galerie de l’Estuaire, Douala ; Peinture en direct (I), Hôtel Sawa, Douala ; Fluctuations (I), Graphics Système, Douala ; Variations plastiques (I), Immeuble Socar, Douala ; L’art au maximum (I), Hôtel Sawa, Douala et Hôtel Hilton, Yaoundé ; direction artistique de Doual’Art Pop’93 (C), atelier de création sur palissades de chantier au quartier Madagascar regroupant 25 artistes, Douala ; Cadavres exquis (C), Stade Mbappé Leppé, Douala ; membre du comité d’organisation du Festival National des Arts et de la Culture. Koko réalise la fresque du mur de scène et plusieurs tableaux pour le cabaret Phaco Club International, Douala et décore un mur du Restaurant Parfait Garden, Douala. Le bruit du silence, film réalisé par Thierry Cornier, production CCF Douala.

1994 : Exposition Fluctuations (I), Goethe Institut, Yaoundé ; Convergences plastiques (C), Centre Culturel Français de Douala ; Kwanza Holiday Black Expo (C), New-York, Etats-Unis. Réalisation de 2 fresques et de 5 tableaux pour la salle de réception du Central Hôtel, Yaoundé. Le travail de Koko est présenté dans de la Revue Noire, à l’occasion du n°13 consacré au Cameroun. Membre fondateur, à la demande des jeunes artistes, de l’association culturelle Kheops Club, qui regroupera une dizaine d’artistes. Kheops : construction pharaonique en symbole à la tache immense pour faire reconnaître la place de la peinture au Cameroun.

1995 : Koko présente la nouvelle génération des plasticiens de Douala (Joël Mpah Dooh, Blaise Bang, Salifou Lindou, Hervé Youmbi, Hervé Yamguen) à la galerie Mam, Douala lors de l’exposition collective “Tele Miso”, qui signifie, en langue douala, “Ouvrez les yeux !”. Exposition (C) à l’Ottakringer Museum, Autriche ; Afrique (C), Strasbourg, France. Direction artistique de l’atelier UPEMBA, association dédiée à la promotion de l’art. Dans l’idée de faire décorer ses hôtels du continent par des artistes africains, l’Hôtel Méridien, Douala passe commande à Koko. Il réalise 11 fresques, qui seront détruites quelques années plus tard suite à un changement de direction sans en informer l’artiste…

1996 : Exposition Pulsations (I), Espace Doual’Art ; Coup de coeur pour Plastic Connexion (C), Espace Doual’Art ; Sommet OUA (C), organisé par la Galerie Mam à l’Hôtel Hilton, Yaoundé.

1997 : Le Kwatt, atelier de création organisé par Doual’Art au quartier Makepe Petit-Pays à Douala ; expositons à Makepe et à l’Espace Doual’Art. Le travail de Koko est longuement présenté dans le film Loobhy, de G. Fontana, S. Njami et P.M. Tayou tourné au Cameroun fin 1997 et diffusé en septembre 1998 sur la chaîne franco-allemande Arte.Koko participe à un atelier international de création à Abidjan, Daro Daro. Il défraye la chronique et fait la une des médias, après avoir, à l’issue d’une soirée de discussion animée sur l’art, brûlé une de ses sculptures, affirmant que l’art n’est rien, une action hautement symbolique dans l’imaginaire de tout africain, car renvoyant à la notion de sacrifice. Pour Koko, faire de l’art pour devenir riche est inenvisageable, l’art allant au-delà de la matérialité, l’artiste étant dans une quête permanente de spiritualité. En octobre, Koko est victime d’un accident de la circulation ; il restera hospitalisé 4 mois.

1998 : exposition de sculptures à l’Espace Doual’Art : Quand saignent les masques (I) ; rencontre Entr’Artistes, atelier animé par Mariela Borello à l’Espace Doual’Art.

1999 : exposition Au-delà de l’image (C), Hôtel Parfait Garden, Douala.

2000 : Koko doit quitter son atelier de Bonadibong qu’il occupe depuis 22 ans. Débutent alors 4 années dans le quartier CCC où un cousin lui offre logis, loin de l’agitation qui a toujours entouré l’in..noctambule. Expositon Fragments (I), Goethe Institut, Yaoundé.

2001 : Koko est commissaire de l’exposition “Yann & Co” à l’atelier Viking, transformé pour l’occasion en espace d’exposition, qui présente toute la génération d’artistes plasticiens active à Douala. En découle une exposition collective à Paris organisé par son ami français Yann Quennec “Cameroon Connexion” (2003).Créateur et coordinateur de l’Atelier Squatt’art (C), quartier Bali, Douala : lieu inhabité, transformé en espace de création, qui regroupe 22 artistes : 1 semaine d’atelier / 1 semaine d’exposition offerte au public ; Sept des cents derniers jours du millénaire (C), Espace Doual’Art.

2002 : Expositon Sweet again (I), atelier Viking, Douala, dont le titre choisi par l’artiste marque sa reprise d’activité face à la critique qui le juge dépassé ; Squatt’art II (C), quartier Deïdo, Douala, avec 42 artistes. Réalisation de fresques pour le nouveau siège des assurances La Citoyenne, Douala.

2003 : Cameroon Connexion (C), galerie Pravda, Paris, France. L’Hôtel Sofitel Mont Fébé, Yaoundé fait placer 9O reproductions (lithographies) d’un tableau de Koko dans chacune des 90 chambres. Membre fondateur de la SOCADAP, Société des droits d’auteurs en Arts plastiques.

2004 : Art dans la rue, Exposition Koko+1 (I) à l’occasion de l’inauguration de la galerie Keuko, Douala ; The Last Pictures Show (C), Cercle municipal, Douala. Lauréat du prix “Artiste de l’année”, Barbecue Xpo, Douala.

2005 : 1ère édition de la Biennale d’art DUTA : hommage à Koko Komégné, Douala ; Art Convention (C), inauguration de la galerie BC Arts, Douala ; The Last Pictures Show II (C), Cercle municipal, Douala, Impulsions (C), Djenga Palace, Yaoundé, avec les jeunes artistes qu’il a formé. Koko décore de 12 tableaux le Jet Hôtel, Douala.

2006 : 40 ans de peinture à l’Espace doual’art.


Danseuses
Collection privée - tous droits réservés

 

Haut de page

Commentaires (4)

1. Dutheil Mathieu 08/01/2012

Bonjour,

je suis intéressé par cet artiste et recherche un tableau à acheter.
Comment m'y prendre ?

Merci

2. Blaise Bang 24/08/2010

C'est bien cette présentation ! j'apprécie. à bientôt.
Blaise

3. Anne Cillon Perri 19/08/2010

Je ne sais pas si c'est vous qui m'avez posé la même question et m'avait envoyé une copie du tableau. Si c'est le cas, sachez que Koko est l'un des peintres camerounais qui se vendent le plus. Les toiles visibles sur mon site appartiennent toutes à une saison. En fait, j'ai acheté tous les invendus d'une exposition. Il est difficile que je réponde à votre question sans voir la toile. Pouvez-vous m'envoyer dans mon mail une photo du tableau ?

4. anne hoogeveen 18/08/2010

i found 2 (i think) drawings in ink wich are signed :koko.
it looks like ballet dancers in ink on black paper.
can anybody inform me if these are done by koko komegne

Ajouter un commentaire
 
Protected by Copyscape Unique Content Check
       
 
     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site