Le testament du pâtre

Décembre 1998, l’auteur originaire du Nyong Ekellé John Françis Shady Eone quitte ce monde en laissant la communauté des poètes Camerounais attristée .Mais au-delà, son œuvre poétique « Le testament du pâtre » paru en 2005 aux éditions clé et de la Ronde à Yaoundé permet de mieux pénétrer le personnage énigmatique dont la mort le fût toute aussi.

 Sorti du tiroir de la « Ronde des poètes », collectif de poètes camerounais, le récit de Shady Eone émeut tant par son absence que par la plénitude de sa vision. Le Cameroun est au centre de son élan poétique. Dans cette œuvre vivante, électrique et accrocheuse, l’auteur évoque avec beaucoup de peine la situation cancéreuse, l’ignominie de son triangle natal :

                                    La plaine Tikar et ses peines alvéoles

                                   D’énergie en attente

                                   Tibati où tout n’est pas encore bâti

                                   Monatélé attelé à ses stèles de progrès

                                   Bertoua à qui l’on a dit tais-toi et perds-toi

                                   Banganté qui souffle sur son banc ganté

                                   Edéa partout privé de tout idéal

                                   Makak qu’on enlaidit comme un macaque

                                   Kumba qui encaisse des coups bas et

Limbé de tout malheur imbibé.

             Et que dire de ces valeureux combattants de causes nationalistes et de liberté étouffée au prix de l’ingratitude : Ruben Um Nyobé, Ernest Ouandié, Roland Moumié !

            Visionnaire l’auteur va jusqu’à souhaiter de meilleurs lendemains pour son pays qui vit sous médicaments :

                                                Ö mon triangle

                                               Ton futur sera luxueux comme un matin de

                                               Carnaval

                                               Ton futur sera opulent comme le corps d’une

                                               Sirène pubertaire

             Son préfacier Anne Cillon Perri, lui-même illuminé poète, n’a pas manqué de souligner à juste titre que l’auteur «  parce qu’il était si lunatique (…) pouvait se lever un matin et décréter qu’il a tellement évolué dans la pensée que l’idéologie qui sous-tendait son livre la veille ne correspond plus à ses convictions intimes (…) ». C’est dire que l’auteur devait compter parmi les meilleurs, dommage ! Tout comme l’auteur Antoine Logmo Assoumou, Shady est l’auteur d’un seul recueil posthume. « Le testament » habituellement constitué à titre posthume n’est-il pas évocateur d’un destin tout tracé ? Au détour de ce vers :

                                                Et moi

                                               Les mains ouvertes aux puissances du vent

                                               Et moi

                                               Les yeux bandés vers l’horizon devant

                                               Et moi

                                               La bouche joyeuse et le trophée de ma

                                               Victoire sur le podium de ma vie

                                               Je m’en vais

                                               Je m’en vais

             L’auteur plonge dans un trou béant au firmament de sa plume. Cette déclinaison du cri, des méandres, de l’espoir et du testament participe à poser les jalons d’un style poétique où les cycles viendraient rendre inextinguibles les idéologies et les convictions des auteurs calfeutrés. 

 

Par d’almeida kouakou joachim

Poète en devenir

MINEE-Yaoundé

 

En mémoire à Jonh Françis Shady Eone

Ajouter un commentaire
 
Protected by Copyscape Unique Content Check
       
 
     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site