Sunday Nzanté Spee


Tableau de Spee - © tous droits réservés


Musicien, écrivain, plasticien, Sunday Nzanté Spee est né en 1953 à Mbem. Il était un artiste complet. Mais c’est sur la toile que son talent explosait littéralement. Il peignait la société dans ses travers et ses particularités tout en masquant la réalité par une façade, à première vue, simpliste. Couleurs vives et formes caricaturales s’y répandaient, avec immanquablement ce sens du jeu, de l’humour et de la provocation qui lui était propre.

Artiste engagé, Spee évoluera du cubisme monochrome, au surréalisme, à un style plus naïf. Dès lors, il fait la satire des incongruités de l’être humain et des problèmes sociétaux des années de crise économique et politique, avec toujours dans ses oeuvres, comme un clin d’oeil aux difficultés du quotidien des petites gens. Cette nouvelle esthétique, « The Melting Age », était sa réponse à une époque où valeurs, acquis, traditions et conscience collective fondaient devant la bourrasque des vents de la modernité.

Adolescent, il se proposait régulièrement pour réaliser des travaux de peinture et de décoration divers. Plus tard, il abandonnera son métier d’enseignant de langue anglaise pour se former aux beaux arts, de 1976 à 1982, au Nigeria et ensuite en Côte d’Ivoire. Prodige, il avait déjà attiré l’attention de plus d’un connaisseur et commençait à se faire une réputation quand il décide de rentrer au pays.

Son originalité aura aussi été de mener sa carrière à partir de Bamenda, capitale du Nord-ouest. Façonné à la source de son inspiration, son travail s’exportera dans le monde entier, son atelier attirera chaque année des centaines de personnes venues des cinq continents et son centre de formation, « The Spee Arts Center http://www.speeart.com/», dispensera, au-delà des connaissances, une passion et une vision innovantes.

Ouvert, affable, accueillant, Nzante Spee avait été invité à faire une résidence à l’Université de Californie en 2004. Durant son séjour, pris d’une inspiration singulière, il réussit à peindre plus de 300 toiles. Hospitalisé une première fois en décembre 2004 pour cause de maladie, il y décèdera 5 mois plus tard, le 25 mai 2005.

Installés à Bamenda, les élèves de SPEE s’emploient à perpétuer sa mémoire en pillant le maître. Toutefois, ses oeuvres originales sont disponibles dans son centre situé à Ghana street Bamenda.


Mother and child par Walters - Collection privée
© Tous droits réservés


Quelques dates marquantes :

* 1984 : prix Bastos récompensant l’oeuvre de l’année
* 1990 : participation à la 7ème édition du festival international des francophonies de Limoges ; exposition Centre Jean Gagnant
* 1991 : exposition galerie saint Jeans de ruelle, France
* 1993 : expositions à Bordeaux et à Yaoundé

Des tableaux de SPEE ainsi que ses photos sont visibles sur http://www.speeart.com/

Protected by Copyscape Unique Content Check
       
 
     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site